top of page
Rechercher
  • Le Centre Luzien

IMPOTS 2023 : pour M.Irigoyen, tant qu’à trahir une promesse électorale autant y aller franco !

Dernière mise à jour : 7 janv.

Lors du Débat d’Orientations Budgétaires du 10 Novembre 2022 et le vote du budget primitif le 9 décembre 2022, Manuel de LARA, chef de file du groupe « Le Centre Luzien » a eu l’occasion de souligner le reniement de la parole donnée par le maire Jean-François Irigoyen en matière de pression fiscale.


En effet, dans sa lettre aux Luziens du 20 Janvier 2020, Monsieur Irigoyen déclarait « je ne serai pas le candidat aux multiples promesses démagogiques qui par la suite ne peuvent être tenues ». Dans ce cadre, les engagements pris devant les électrices et les électeurs étaient forts :

  • "Aucun nouvel impôt à l’échelle de la Ville ;

  • Une maîtrise de l’endettement de notre commune ;

  • Une gestion rigoureuse pour qu’un euro dépensé le soit utilement ..."

Trois ans après, la réalité est toute autre comme le rappelle Manuel de LARA.

"Après avoir vendu les principaux bijoux de famille de notre commune (une partie des murs de La Pergola pour 6,2M€ et l’espace Jaulery pour 2.8M€), la majorité municipale est obligée de constater que son programme électoral 2020-2026 soi-disant ANTICIPÉ et FINANCÉ est dans une impasse !

Pour autant, la crise sanitaire (2020/2021) n’a pas affecté de manière durable les équilibres financiers de la commune et l’excédent global estimé à 5M€ à la fin 2022 permet de clore l’exercice financier sans recourir au « Filet de sécurité inflation » mis en place par le gouvernement.


Dans ces conditions, le contexte de la guerre en Ukraine, l’inflation et la crise énergétique ont bon dos pour essayer de justifier la trahison de la parole donnée par M. Irigoyen aux Luziennes et Luziens lors des élections municipales de mars 2020.

Au-delà de ce reniement, comment est-on passé en trois ans à une ville contrainte

d’augmenter ses impôts et son endettement pour éviter l’impasse budgétaire ?


La réponse est simple, c’est la conséquence d’une gestion marquée par le désir irrépressible de dépenser toujours plus pour sortir d’ici 2026 des grands projets (aujourd'hui le Pôle Culturel pour plus de 12M€, la Piétonisation et aménagement paysager de l’espace Foch pour 4,5M€, la rénovation de la Piscine Sport Loisirs pour 3M€, la réhabilitation des blocs sanitaires du camping municipal pour 1,644M€, ...) sans parler du projet de Plaine des Sports estimé à 4M€ et les projets lancés ou à venir avec le Syndicat des mobilités de l’Agglomération Pays Basque (Parkings relais 4,4M€, Pôle d’Échange Multimodal 12M€, etc.) qui pèsent sur la fiscalité des entreprises et des professionnels.


Aussi, pour continuer à dérouler un programme d’investissements, qui n’était d’évidence ni anticipé ni financé, la majorité municipale propose, sans grande imagination, d’activer 4 leviers :

  • La fiscalité avec une augmentation de 3.5 à 4.6% de Taxe Foncière ;

  • Le ré-endettement à hauteur de 14M€ sur 5 ans soit 1000€ de plus par habitant ;

  • La cession d’actifs immobiliers sans préciser le prochain bijou de famille sacrifié ;

  • La hausse des tarifs de certains services publics, sans préciser lesquels.

En matière d'impôts, pour M.Irigoyen, tant qu’à trahir une promesse électorale autant y aller franco !

Y AVAIT-IL UNE ALTERNATIVE à cette fièvre fiscale qui touche la Ville de Saint-Jean-De-Luz comme l’Agglomération Pays Basque ? Les élus du Centre Luzien conduit par Manuel de LARA en sont convaincus et le démontreront tout au long des prochains mois.


Dans l’immédiat, sauf travaux d’urgence, il est toujours possible dans une commune comme dans une famille de décaler certains projets, non prioritaires, si le moment est mal choisi. C’est ça la gestion de bon père de famille pour les élus du groupe "Le Centre Luzien" !




18 vues0 commentaire
Post: Blog2_Post
bottom of page